AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rupture de pacte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edailnes
Grand orateur
avatar

Nombre de messages : 1143
Participation RP : 24
Inscription : 12/04/2008
Age : 27

MessageSujet: Rupture de pacte   Dim 15 Fév - 4:03

L'ambassade luronne s'éveillait lentement de sa torpeur nocturne. En son sein, l'activité reprenait peu à peu. Ranimant les plumes des scribes grattant les parchemins et rapports de guerre ; rappelant les cuisines à leur musical brouhaha. Et dans toute la maisonnée, pas et et chocs s'entremêlaient dans l'habituel fracas de la vie citadine.
Sur moi, je sentais la lourde couverture de peau d'ours peser de toute sa chaleur sur mon corps éternellement froid. Et dans un ensemble parfait, je me levai tandis que deux serviteurs me chaussaient et qu'une dame me passait ma cape sur les épaules. Comme chaque fois dans cette ambassade officielle.

D'un bruissement feutré, je parcourus les marches menant aux salles actives du bâtiment tout en revêtant les habits que l'on me tendais machinalement. Livrée carmin et safran d'une sobre élégance inattendue, couleurs de l'ordre qui m'avait accueillit plusieurs lunes auparavant.
Un page humain sortit des ténèbres du mur, les bras tendus et supportant mon épée symbolique. D'un geste, je m'emparai de la poignée sertie de cristaux mat. Dans ma mains, son poids semblait disparaitre autant que le froid des cristaux éternel semblait grandir.
D'un dernier mouvement, j'attachai la cape rituelle luronne et rabattis la capuche sur ma toison grise argentée. Et ainsi vêtus, je savais que mon existence était attachée à celle des lurons pour le futur.

Ce ne fut que lors de ma sortie qu'un second page s'interposa timidement entre moi et la ruelle encore baignée par la lueur froide du crépuscule matinal. Il se tenait un genou à terre et le visage tourné vers le même sol. A son équipement, il était facile d'identifier un messager. Et sans cérémonial, je lui ordonnai de réciter son message et le motif de sa présence.
Le jeune homme trembla un instant avant de se rasséréner. Et, plantant son poing à terre, il récita son message:

Le sieur Elmeron, premier Luron et dirigeant du domaine d'Esphandiar, requière une nouvelle fois vos service. Afin que l'ordre prouve au monde, cette fois et chaque fois que cela sera nécessaire, sa détermination ainsi que son existence.

Je lui jetai un regard vide : j'avais toujours autant de mal à comprendre les émotions et motivations des gens que je ne connaissais pas ou peu. Et un instant passa ou le silence fut roi avant que je ne lui réponde.

Relève toi et pars te sustenter dans les cuisines. La missive que tu portes à ton flanc me sera bien suffisante...

Tu as fais du bon travail...


J'avais hésité un instant avant de poursuivre. Mais qu'importe le jeune luron me fit un visage radieux avant de s'en repartir vers les salles de repas tandis que le poids des deux rouleaux de parchemins m'intimaient l'ordre d'ouvrir les cachets au plus vite.
Et je n'attendis pas pour cela... Du poignard cérémonial, je décollais la fixation de cire du premier parchemins. Le second portant le blason Avallon.
Au fil de ma lecture, la haine et mépris firent place à l'espoir et au désir... Si je ne portais plus d'espoir de joute verbale avec des membres de l'Enfers trop loyaux où trop lâche selon les cas, pour s'exprimer. Je ne pouvais qu'espérer la plus passionnante des leçons. Un cour où j'apprendrais en me confrontant à ceux la même qui avaient écrit de noire lettre dans leur charte la volonté d'honorer la dame de mes prières.

Et avant même la fin de la lecture du parchemin Avallons, mes gnomes furent à mes cotés, galvanisé par le maelström de sentiments que je laissais échapper à leur attention. Leurs langues claquaient en tous sens, vociférant litanie de mots dans leur langue si étrange et abstruse.
La cour m'attendait. Et je ne pouvais plus refouler le passion qui me taraudait les entrailles. Au risque, peut être, de voir à nouveau mon corps soumis aux pires douleurs. Pourtant... Je ne le pensais pas. Oh non. Je savais que les Obscurs ne pourraient se défiler, eux. Et si, à cet instant, j'avais sut ce qu'il était, j'aurais su que le rictus qui transfigurait mon visage était un sourire. Un sourire qui faisait échos a ceux, informe et inhumains, de mes gnômes esclaves.
Lentement, je remontai ma capuche, tombée à l'arrivée du jeune messager. D'un pas, nous fûmes dans la capitale. Au loin, je sentais les relents du marché aux bestiaux, de la criée aux poissons et plus encore. Mais rien dans cela n'égalait l'odeur de pourriture... Cette pourriture parfumée de cyprès endeuillé que l'on nommait silence.

**
*

Comme à l' accoutumé, les couloirs de la cours semblaient tanguer entre réveil tapageur et torpeur muette. Et de loin en loin, les salles passaient de la vie à la mort comme les saisons de l'hiver au printemps. Le sol était marbré et les chemins de colonnes couvertes séparant les diverses ailes du palais de dame Herpée.
Et la salle qui eut ma préférence se trouvait à la totale opposée de celle ou j'avais cru pouvoir attirer les membres de la confrérie.

Et il ne fallut pas longtemps pour que l'association de mon nom et des Avallons attirent les moqueurs, admirateurs et autres partisans de l'un ou de l'autre camps.

Mais désormais, il était temps. Et je n'eus que le temps de me rendre compte de mes gestes avant que les mots ne sortent de ma bouche:

Tout d'abord, je tiens à me présenter. Et ce, malgré le fait que certains d'entre vous me connaissent déjà... Que ce soit en tant que seigneur, en tant que diplomate... Ou encore en tant que simple homme que je suis. Moi. Edailnes D'Elenwe. Huitième régent maudit de ce royaume de la cote du nord. Et diplomate dévoué corps et âmes au service de la guilde officielle qu'est l'Ordre des lurons bourrés.
Ordre créé par des hommes et des femmes en quêtes de justice. En quête d'ordre et d'une paix juste dans un monde où le mal ne serait que le démon tapis dans l'obscurité de nos légendes et contes.
Un idéal pour lequel nous sommes prêt à tout. De la pire des vilénies à la pire des alliances. Un rêve que nous chérissons au point de noircir nos âmes afin de réussir un jours à accomplir nos buts...
Et à tous je vous demande d'être témoins de notre détermination...


Je regardai autour de moi, la salle n'était toujours pas comble. Mais tous me regardaient... Des regards narquois et des sourires méprisants aux mines sérieuses et franches. Tous avaient leur regard tourné vers le centre de la salle. Observant mes gestes et buvant mes paroles. Comme pour mieux tenter mon égo.

D'un déplacement, je tournai sur moi même, glissant sur un pied et m'accompagnant du bras dans un mouvement lent et sans but. Je me plaisais en ce lieux plus qu'en nul autre. Et je me devais de le lui rendre. D'une voix calme et assurée...

Si je me trouve ici devant vous, une nouvelle fois, une première fois où peut être un peu des deux pour certains, c'est pour vous exposer les accusations que nous portons à la guilde avec laquelle nous avions passés un pacte de non agression. Et je me permet de les nommer car nous parlerons bien ici des Avallon lumbe.
Avallons lumbe... Mais n'allons pas trop vite en besogne.

Un instant, je laissai ma dernière phrase en suspend avant de poursuivre:

Car avant de vous exposer nos exigences, nous parlerons des faits... Des faits nommé vols et raid.
Pour le premier, je parle des terres que la dame Eolia prêta gracieusement au sieur Sayole. Des terres dont nous ne connaissions ni l'usage ni l'intérêt. Et même si ce prêt n'avais rien d'officiel, nous n'eûmes aucun soupçon quant au fait de prêter les dites terres. Néanmoins... Et à vrais dire... Cela n'est que broutille. Et si nous désirons récupérer les terres en question, la source de notre intervention est à chercher autre part.

Un lieu que nous nommerons, point de rupture du pacte. Un raid effectué a la suite de celui de la guilde de l'enfer. Et ce malgré notre statut de guilde en guerre. Un raid organisé sur notre pillier, le royaume du sieur Elmeron. Une agression doublé de charognardise et de trahison ainsi que de couardise.
Et ce, malgré le pacte qui unissait nos deux guildes. Un pacte dûment signé et validé par des dignitaire de nos deux organisations.

A nouveau, je marquai une pose dans mon développement. Pour moi, il était clair que je ne maitrisais qu'imparfaitement cet art qu'était la structure rhétorique. Mais qu'importe. Bancale ou pas, je ne parlais que pour parfaire mon art. Pour mes adversaires, seul devrait compter le contenu de mes dires. Et il était tant de passer à la probation:

Un pacte qui me semblait clair. Et sa clause principale en était la non agression mutuelle... Un pacte qui parlait aussi des modalité de ruptures de pactes. Et celle ci furent édicté par vous. Je me permet donc de citer:

"En cas de manques aux conditions: engagement des négociations entre les deux camps pour le dédommagement des dégâts occasionnés.
En cas de volonté de mettre un terme au pacte: Le chef de guilde doit être mit au courant, et un délais de 48h sans assaut doit être respecté avant la rupture définitives (Le délais de 48h démarre après que le chef de guilde est confirmé la réception de l'information)
"

Parlons ensuite à nouveau de votre raid... Un raid pratiqué par sept seigneurs et dames dont je cite ici même les noms: Aëraël, Laïsha, Gwen, Thanator, Morticia, Innisis et Eldarin.

Faisant fit du pacte et de ses modalités, ces septs seigneurs ont attaqué le domaine d'Esphandiar, seulement dix sept minutes après que les armées de la confrérie s'y soient rendue. Si l'on prend en compte l'absence du seigneur Elmeron. Il ne me semble pas faux de dire que ces membres de la guilde D'avallon lumbe ont participé à un raid dans une guerre qui n'était pas la leur.


Nouvel arrêt, nouveau parcours de la salle de mon regard vide. Je savais laisser des trou dans mon discours, des trous dans lesquelles s'engouffreraient les avallons. Mais au fond, quel plaisir était de terminer le débat avant même de l'avoir ouvert ?
Et c'est sans doute ce que pensaient mes gnomes en observant la frange de la foule qui semblait hilare dès qu'un son sortait de mes lèvres... Il était néanmoins amusant de saisir les regard réprobateurs que leurs adressaient quelques badaud perdu dans cette foule partisane.

J'écartai les bras en faisant mine de saluer les gens qui semblaient tant apprécier le spectacle de mon oration, et sans plus de plaisanterie, je poursuivis:

Pourtant, je pense que vous contredirez l'argument de notre pacte. Et ce pour cette même raison fallacieuse qui vous à donner l'impression d'avoir le droit légitime de nous attaquer.

Cette raison se nomme : Ombre.

Néanmoins, il m'est difficile de trouver dans notre pacte quel clause, le fait d'en abriter une dans nos troupes, bafoue. Car ce pacte parle bien du fait d'aider économiquement ou en information un ennemis de l'autre.
Et c'est bien la que le bas blesse. Car nulle trace dans les archive de dame Herpée ne permet de trouver trace du fait que vous considériez les ombres comme vos ennemies.

Et comme vous le savez, seules les paroles prononcées au nom de la dame dont votre charte chéris le nom ont valeur. Et si certains semblent tenté par le démon ach herpé, père de l'oublis, vous ne pouvez nous accuser de nous refuser à suivre son enseignement... Tout comme vous le faites.

Et même si j'en doute, vous parlerez peut être de votre raid. Du fait que tous les membres n'étaient pas synchronisé et que vos attaques se sont faites avec un laps de temps après celle des enfers. Mais à ces arguments, je ne vous ferai pas l'affront de répondre.


J'avais presque terminé. Une dernière partie et je pourrai attendre les réponses.

Pour résumer. L'ombre et notre guilde étant en accord avec notre pacte et vos attaques ne l'étant pas puisque ne respectant ni le délait de quarante huit heures sans attaques, ni celui de prévention avant action.
Nous réclamons ce que notre pactes demandais.

Et vous le savez déjà, nous réclamons des excuses officielles de chaques membres ayant participé au raid ainsi qu'un remboursement intégral des pertes causées. Nul besoin non plus de dire que le pacte est rompu. Néanmoins, dans un soucis de respect de celui ci, nous n'attaquerons pas avant quarante huit heure, comme convenu, sans agressions de votre part.


Je fis un pas en arrière, sous les regards une dernière fois posé sur moi avant l'attente d'un interlocuteur. Mon sang bouillait, et je désirais plus que tout apprendre.




//hrp: parce que mieux vaut prévenir que guérir, j'interdis à quiconque de faire agir, de faire ressentir ou de faire transparaitre des émotions sur le visage de mon personnage sans mon accord préalable.:hrp\\
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordrelurons.lolforum.net/
SaYoLe de Thanit
Grand orateur
avatar

Nombre de messages : 1156
Participation RP : 43
Inscription : 20/04/2008
Age : 28

MessageSujet: Re: Rupture de pacte   Dim 15 Fév - 13:35

Dès l’annonce que l’Ordres des Lurons Bourrés allait s’exprimé à la cours, SaYoLe prit le chemin de la capitale. Ces derniers nuits, il avait eut beaucoup de travail… L’extermination des brigands, ainsi que la reprise des hostilités avec certains ennemis, tout cela donnait lieux à de nombreuses activités nocturnes dans son royaume. Des caravanes entières de marchandises allaient et venaient, protégés par une armée non négligeable. Mais depuis quelques jours, un nouveau paramètre était entré en jeu : « L’acquisition » de deux guildes par leurs ennemis. L’une d’elle avait était littéralement vendue par un chef cupide et trop couard pour garder les reines… L’autre était plus problématique. En effet, cette guilde gardait toute son identité mais hébergeait des Ombres… SaYoLe avait alors, après avoir prévenue, prit les armes contre chacune d’elles…. Le Cercle n’avait pas à négocier… Par Contre, l’Ordre avait reçu une missive demandant le retrait des Ombres de leur étendard sous peine de nouveaux raids. La décision devait être donnée sous 32h, et elle venait de l’être. Le Pirate avait hâte d’en connaitre le contenue… Lorsqu’il arriva à la cours, le discours venait tout juste de commencer. Il s’alluma une cigarette et écouta, le visage impassible, absorbant chaque mots, chaque phrase, chaque sous entendu… Lorsqu’il eut finit, SaYoLe se leva, et vint prendre la parole.


Dames et Seigneur, Je me présente de nouveau :
SaYoLe de Thanit, Chef des Explorateurs et Chef de Guerre de l’Avallon Lumbe…

Il déposa un regard circulaire sur la salle. Ne plus s’annoncer comme Tavernier lui tira une légère pointe de nostalgie. Mais après tout, cela avait été son choix, il n’avait pas été forcé. Oubliant ses propres problèmes, il reprit la parole d’une voie plutôt neutre.

Seigneur Edailnes. J’ai demandé à prendre la parole en premier pour deux raisons : Votre première accusation sur le vol de terre me concerne directement et cette affaire de rupture de Pacte est le résultat direct de mes Ordres de guerre. Je vais donc prendre la parole en premier. Les divers diplomates de la cité des Obscurs prendront la relève. Ils sont plus qualifier que moi pour engager une lutte diplomatique…

Doucement, il porta une cigarette à sa bouche, et l’alluma d’un claquement de doigts. C’est maintenant que les choses pouvaient commencer. Il décida de parler en premier lieux de ce soit disant vol de terre. Il prit une profonde inspiration, peut motiver par cette prise de parole et commença :

Vous parlez d’un Vol ? Amusant, nous ne devons pas avoir la même vision de ce mot. Renseignez vous mieux des paroles d’Eolia à se moment via le messager sans nom… J’ai en effet, proposé mes services pour garantir la sécurité d’une certaines quantité de terre. Eolia m’a alors dit ne pas en avoir besoin, et, ce sont ses propres mots : Ce n’est pas un prêt, mais un dont, fait en se que tu veux…
Vouloir reprendre un dons est assez comique de mon point de vu. Je ne vous ferai pas l’affront de vous ressortir une phrase bien connue par les petites enfants de nos cités : « Donner c’est donner, Reprendre…. »


Il afficha un petite sourire, tira une grande bouffée sur son tabac et déposa de nouveau un regard circulaire à l’assistance. La première accusation venait d’être balayée aussi simplement qu’une feuille sur un parvis. Doucement, il reprit son inspiration et reprit :

Concernant maintenant cette rupture de contrat. Je vais vous en expliquer de nouveau les raisons, et vous démontrer que cette rupture c’est faite dans les règles et que vous auriez pu l’éviter…

Premièrement, même si vous n’êtes pas obliger de me croire, c’est le hasard qui dirigeait notre assaut sur les terres d’Elmeron seulement quelques minutes après les enfers. Ils n’étaient même pas au courant de ce raid, et ne le furent que bien plus tard. Même si je vois où vous voulez en venir, je trouve que cette données n’a rien à faire ici... M’enfin, pour un politicien, tout est bon à prendre non ?

Bon reprenons dans le sujet. Voici l’article que vous avez-vous-même rompu : « Aucun soutient financier ou d'information à des ennemis de l'autre camp ».En permettant à nos ennemis de bénéficier de la réduction de la dîme, vous avez rompu ce pacte, leur offrant ainsi des milliers de ressources via les économies réalisées.
Maintenant rentrons dans le problème : Votre chef de guilde à été averti de la rupture du PNA via le messager sans nom. Il a accusé réception de cette information. La Dame Eolia est même venue se joindre à nous… Donc concernant, les délais et la prévention, c’est également réglé…
Passons maintenant au fait que l’Avallon Lumbe n’a jamais dit officiellement qu’elle était en conflit avec les Ombres… Et bien chercher. Vous êtes un orateur non ? Si vous n’étiez pas présent, aller donc consulter les archives et vous verrez… Mais vous me voyez assez surpris de vos paroles, je pensais qu’un orateur tel que vous préparait d’avantage ses discours en vérifiant la véracité de ses dires avant de prendre la parole…

Vous voulez des excuses ? Laissez-moi rire… Votre chef était au courant de cette annulation de PNA et de la possibilité d’une intervention armée pour vous contraindre à enlever l’étendard des ombres… Il était au courant, et m’as même rit au nez…
Je trouve par ailleurs votre plaidoyer assez drôle, dans le sens ou vous prépariez de votre coté la rupture de ce même pacte. Et cette information date de plusieurs jours, et donnez de la bouche même de votre chef…

Maintenant, pour vos excuses et votre dédommagement, veillez m’excuser mais je doute fortement que vous obteniez ne serait-ce que l’un des deux…
Si vous voulez blâmez quelqu’un de ce raid, blâmez vous d’abord vous-même pour avoir accepté d’aider nos ennemis déclarer ou pour ne pas avoir voulu chercher des renseignements la dessus. Ensuite blâmez votre chef pour ne pas avoir réagit ou fait suivre l’information. Et enfin blâmez moi, qui est donner et organise cet assaut. Mais en aucun cas, je ne vous permets de discréditer mes hommes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baron de kalys
Habitué
avatar

Nombre de messages : 214
Participation RP : 38
Inscription : 15/04/2008
Age : 31

MessageSujet: Re: Rupture de pacte   Dim 15 Fév - 15:56

C'est avec une grande hâte que je venais de pénétrer au sein de la cour du doux. Mes jambes étaient tremblantes d'excitation, car la nouvelle qui m'était parvenu la veille, m'avait quelques peu troublé. Je n'arrivais toujours pas à m'expliquer, pourquoi les seigneurs de l'Avallon Lümbe avaient agit de la sorte! Étaient-ils tous sots au point de ne pouvoir respecter un pacte de non agression... Je venais d'entendre les orations de deux opposants. L'un de ces deux discours était dénué de bon sens, des pseudos réponses venaient d'être dévoilés, à croire que le seigneur Sayole de Thanit, était un peu à court d'argumentation. Le luron avait tenté d'expliquer que les paroles dites par le messager sans nom n'avait pas de valeur à la cour. Il me semble logique que lorsque des échanges verbaux se font par l'intermédiaire d'un système non surveillé par le doux et bien ces mots prononcés ne sont pas de grande qualité. Et c'est à se sujet que je me dois de répondre, je pris donc une voix hautaine et déclara:

- Seigneur Sayole, vous qui défendez avec ardeur votre guilde, ne savez vous pas que vos réponses fictives ne sont pas recevable au sein de la cour du doux. Je vous cite, vous dites que notre chef de guilde à été averti de la rupture du pacte de non agression, et bien ceci est probable mais comme le savent tous les seigneurs ici présent, ces paroles n'ont aucune valeur car le doux n'en a jamais été témoin. Vous savez parfaitement manier le langage ach herpée, mais en ce qui concerne le langage de la dame Herpé c'est autre chose. Donc ne chercher pas à prouver la moindre chose, car tous vos pseudos arguments font références à un système qui ne possède aucun intérêt. Si ces propos auraient été dit ici même, alors les choses se seraient présentés autrement. Et puis ne nous accuser, du fait que nous utilisons occasionnellement ce mode de communication car si nous le faisons c'est uniquement dans le but de vous répondre.

Je repris un peu ma respiration, puis je poursuivis mon discours:

- En ce qui concerne le vole des terres, cela restera notre parole contre la votre. Donc autant ne pas développer se sujet là. Ensuite je tiens à dire que c'est vous même qui avez rompu ce pacte par deux fois. En créant une alliance avec la Confrérie Des Enfers et en souillant par la venue de vos personnes sur les terres de notre noble chef, Elmeron. Vous allez rétorquez comme à votre accoutumé, que nous avons admis chez nous un seigneur appartenant aux Ombres et que cette guilde représente pour vous un ennemi potentiel. Et bien je répondrais à ceci que nous n'avons pas vue d'acte officiel, prouvant que les Ombres sont vos adversaires. Ensuite les closes de nos contrats respectifs ne faisaient pas référence aux Ombres, donc vous ne deviez pas, par d'înfâmes moyen, tenter d'ériger notre ligne de conduite. Ne vous détrompez pas seigneur Sayole nous sommes des Lurons et jamais nous ne nous soumettrons aux exigences de qui que se soit...

A la suite de ces mots, je conclus mon oration par un léger toussotement afin de signifier la fin de mon discours. Je me mis à regarder tous les seigneurs présents, beaucoup me contemplèrent réciproquement. De nombreuses questions devaient tarauder les esprits de toutes cette populace. Je sentais venir le prélude d'une symphonie tortueuse, des mots et des mots allaient être échangés et tout cela pour aboutir à une issue non enviable pour les deux parties.

HRP: Sayole tu peux enlever ton poster? c'est vraiment gênant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordrelurons.lolforum.net/forum.htm
SaYoLe de Thanit
Grand orateur
avatar

Nombre de messages : 1156
Participation RP : 43
Inscription : 20/04/2008
Age : 28

MessageSujet: Re: Rupture de pacte   Dim 15 Fév - 16:09

Le Chef de guerre soupira. A quoi servait cette intervention ? Il réfutait les arguments des échanges par messagers sans nom d’une part, et reprenait quasiment mot pour mot les arguments de son diplomate alors que SaYoLe venait déjà d’y répondre… Aberrant… Cet individu si muet d’habitude venait intervenir dans une discussion dont il ne connaissait visiblement ni les tenant et les aboutissants. Mais mon dieu ! Où étaient passé les véritables orateurs qui se renseignaient avant de parler ?! La guerre contre les Ombres… Cela faisait maintenant 3 ou 4 fois qu’elle avait été déclarée à la cours via différentes déclaration. Certes, l’intitulé n’était pas explicite mais quand même ! Quand on veut parler sur un sujet, on se renseigne avant ! Ça évitera de passer pour un imbécile !
Il aurait voulu reprendre la parole, démonter ses « arguments » un par un comme il démontait les défenses adverses sur le champ de bataille… C’était si facile… Les réponses étaient déjà au bord de ses lèvres… Mais il se retînt. Sa place était de commander sur le champ de bataille. Ici à la cours, se sont les diplomates qui ont tout pouvoir. Il ne fallait pas gâcher le plaisir des autres… Aerael ou le Nébuleux en personne se feront un plaisir de les humilier… Doucement, il s’alluma un nouvelle cigarette et s’installa confortablement, prêt à profiter du spectacle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
éorus
Grand orateur
avatar

Nombre de messages : 1165
Participation RP : 44
Inscription : 01/05/2008

MessageSujet: Re: Rupture de pacte   Dim 15 Fév - 18:58

Eolia venait d'entrer dans la salle afin de s'entretenir avecles avallons sur une question qui lui trotait dans la tete. D'habitude, elle n'aimait pas vraiment entrer dans cegenre de débat qui finissait souvent en discours stérils.

Dames et seigneurs d'Avallon, je viens m'entretenir auprès de vous au sujet d'un point abordé, à savoir l'acceptation d'un membre chez les lurons qui serait un membre des ombre.
Je ne comprends pas ce que vous reprochez à cet acte, depuis quand lors d'un pacte de non agression, cela donne à l'autre guilde le droit de venir donner son avis sur les membres acceptés? J'estime que les lurons peuvent encore accepter les seigneurs ou dames qui leurs plaisent et cela quelque soit leurs origines ou leurs amitiés. Le fait que ce membre soit ami avecles ombres ne nous regarde en rien tant qu'il respecte la cause luronne et oeuvre pour elle en suivant ses pactes. Ce membre vous a-t-il attaqué après qu'il se soit blasonné chez nous? Je ne crois pas.

Si l'on se base sur votre idée d'un pna, n'importe quelle guilde qui acceptera un seigneur ou une dame devra s'assurer que cette personne n'a jamais attaqué les guildes ayant un PNA ou qu'il n'attaquera jamais une de ces guildes. Nous gérons notre blason et non tout le passé ou le futur des autres seigneurs ou dames, ainsi vous ne pouvez en aucun cas nous accuser d'avoir rompu notre pacte contrairemetn à vous.


Eolia attendait avec impatience l'explication des avallons sur leur point de vue car elle ne le comprennais pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mandouli
Apprenti


Nombre de messages : 61
Participation RP : 0
Inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Re: Rupture de pacte   Dim 15 Fév - 22:08

Attristé d’une nouvelle échappée du Sayole, le sir Mandouli avait lui aussi écouté les moindres mots des personnes ici présentes une nouvelle fois pour parler des Ombres. Ces dernières apparaissantes dans des sujets qui ne semblaient même pas les concerner, que ça soit sous n’importe quel langage et à n’importe quel endroit imaginable.

« La guerre contre les Ombres... Cela faisait maintenant 3 ou 4 fois qu’elle avait été déclarée à la cours via différentes déclaration. »

C’est donc ce que pensait ces très chers Obscurs, décidemment eux qui se croyaient maîtres d’Aguératon alors qu’ils ne sont que les simples chiens des Enfers, n’avaient en réalité rien vécu d’une guerre.

L’été dernier avait plutôt été ravageur pour eux et surtout pour leur pilier et unique royaume au dessus de 5000 erras à cette époque... Alors que nos armées s’efforçaient de mettre à mal son royaume durant de longues semaines, aucune riposte ne nous était adressée, plutôt intéressant comme conflit...
Enfin compréhensible que Sayole s’en aille après chacun de ses hypothétique et unique discours, et avec ses armées il semble normal qu’Aëraël le diplomate ne puisse trouver plaisir uniquement à la Cour.
Mandouli demeurait envieux du jeune Luron ayant pu voir les paysans de Narelendûr, lui qui rêvait de le voir sur ses rapports défensifs.

De plus, comble de l’ironie ; ils étaient mêmes passés nous rendre visite après s’être fait anéantir un royaume à quelques milions d’erras pour se venger de leurs actuels alliés… preuve de la solide alliance récemment signée qui se caractérise par les interdictions de montée du premier royaume Avallon.

Donc surpris par certaines élocutions du soit disant Obscur, l’Ombre se devait de prendre parole, il l’haussa d’une voix forte :


Comment osez-vous parler de nous incessamment comme vous le faites, Obscurs, veuillez taire notre nom et évitez de le répandre dans toutes les contrées de ce monde, ce ne serait nous donner que trop d’attention et certains ont su y payer le prix en temps voulu, adressant un sourire narquois, il continua.

N’étant pas du tout au courant du débat dont vous faites face avec les Lurons, je souhaiterai juste corriger les inepties dont vous faites preuve…

Premièrement, pas plus d’un de nos royaumes fait actuellement présence au sein de la guilde en question, ce qui veut dire qu’il n’y a pas « Des Ombres », il n’y en a pas trois, ni deux, il y en a une.

Pour répondre à vos accusations, je vous demanderai de ne pas exagérer les chiffres, la dîme allégée dont nous avons eu les bienfaits ne nous a pas offert de nombreuses ressources... Donc l’aide économique parait une très douteuse excuse de raid.

Mais je ne suis pas là pour juger vos actions, bien que je puisse corriger vos affreux propos.


Il se retourna vers le diplomate Luron.

Toute fois, si conflit il y a entre vos deux guildes, Lurons, vous me voyez une nouvelle fois prêt à rejoindre vos étendards en adaptant vos idéaux à mes pensées le temps qu’il faudra.
La mauvaise fois de part des paroles détournées, accusatrices et mensongères, de plus la lâcheté de part ce pacte unissant deux guildes totalement opposées idéologiquement me fait vomir de dégoût.


Il s’apprêta à sortir, énervé, par les aberrations Obscures, mais fit volte face pour ajouter une dernière que l’on pourrait oublier, non pas qu’elle ne soit pas suffisamment répétée.

J’oubliais une dernière chose qui me parait important de rappeler…
Chaque Ombre est libre d’agir comme il l’entend, nous ne surveillons pas nos membres et chacun peut rejoindre la guilde qui le souhaite pour n’importe quelle raison que ça soit.

La prudence dont vous faites preuve sur nos agissements à plutôt tendance à nous étonner, contrairement à ce que vous pouviez penser, notre montée était prévue pour le brigand que vous avez su éliminer correctement avant nous, mes félicitations.

Cependant vous vous dites en guerre, soit, vous en payerez le prix des plus revêches d’entre nous, comme au bon vieux temps, mais... espérons que vous soyez un peu plus réactifs cette fois-ci.

Et pardonnez-moi de partir directement, mais à l’inverse des deux belligérants, ma place n’est réellement pas ici puisque que ce conflit oppose justement que deux guildes, je suis juste venu recadré ma propre situation plutôt parue étrange.


Il partit sur ces derniers mots, n’attendant aucune réponse et heureux d’avoir pu exposer son avis avant que la populace ne croit ces viles manipulateurs, quoi qu’il arrive, Mandouli savait ce qui ressortira de ce débat : la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morticia Ventorwys
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 64
Participation RP : 0
Inscription : 05/01/2009
Age : 27

MessageSujet: Re: Rupture de pacte   Lun 16 Fév - 2:52

Sur une petite estrade libre non loin du chef de guerre de l'Avallon Lumbë apparût une très jeune fille dans un petit éclair de lumière rouge. Elle semblait être arrivée à un moment opportun de la conversation, comme si elle attendait son heure. Elle prît la parole après de nombreux chuchotements dans la foule. Il n'était pas commode de voir une si jeune adolescente à une cour aussi prestigieuse fréquentée en générale par des personnes deux à trois fois plus âgées. De plus, comme elle ne fût que spectatrice lors des différents débats à la cour, elle préféra se présenter pour faire taire les rumeurs sur son identité.

Je commencerais mon intervention par mes salutations les plus sincères aux dames et seigneurs en présence à cette cour. C'est la première fois que la quasi-totalité d'entre vous entendent le son de ma voix en ces lieux, mais personne ne devra ignorer que je suis une spectatrice habituée des débats que je trouvent de plus en plus drôles. Mais je vous prie d'excuser mon manque de politesse, je me présente donc. Je me nomme Morticia Ventorwys, régente d'un royaume dont le nom ici n'a peu d'importance. Je parle au nom de la Cité Obscure en ma qualité d'Obscure mais surtout de diplomate.

Vous l'aurez tous compris, je suis l'une de ces "viles" personnes qui ont attaquées dans la nuit ce pauvre Seigneur Elmeron. Oh inquiétez vous, je n'ai pas honte de mes actes qui étaient tous simplement justifiés.

Vous dîtes, très chers, que vous ne connaissiez pas l'existence d'un conflit ouvert avec les Ombres dont vous héberger l'un des spécimens ? Cela vexera probablement les habitués de la cour, car je ne viens pas les mains vides. Ici même, un historien que je remercie, a consigné dans un parchemin facile à trouver dans les archives, un débat qui parlait justement de cette guerre qui dure depuis bientôt 4 mois. Ma servante va vous apporter le document en question.


D'un geste de la main, une dame de compagnie vînt apporter aux seigneurs présents une copie du débat. Morticia avait donné pour consigne de donner l'original au seigneur Edailnes.

Seigneur Edailnes, vous possédez l'orginal, signé de la main même de l'auteur de renommé, dont la réputation et la fiabilité ne pourraient être remises en causes. Je vous demande maintenant qui n'a pas entendu parlé de cette Ombre, qui porte le nom d'Ethalicia, qui menace en ce moment même le royaume du seigneur SaYoLe de Thanit ici présent ? Personne. En vérité, vous avez barré d'un trait lâche cette information qui était dans vos esprits depuis le début. Vous nous traitez de lâches ? Mais qui sont les lâches dans l'histoire ?

Vous semblez oublier quelques instants de trop que le Messager Sans Nom, et les missives, constituent en soi des moyens de communications reconnus comme étant formels. Nous avions avertis vos chefs de nos inquiétudes face à votre rapprochement avec notre ennemi la Confrérie des Ombres. Vous n'en avez pas tenu compte, et avez même rient au nez de l'envoyé d'Avallon. Je trouve que pour une guilde qui se dit noble et honorable, ce genre de comportement est plutôt douteux.

Nous avons signé un PNA avec vous, en notre belle ambassade. Je n'était pas présente, mais j'ai aussi en ma possession un article de ce dernier qui dit, je cite : "Aucun soutient financier ou d'information à des ennemis de l'autre camps".

Or, en accueillant en votre sein et sous la protection un membre de la Confrérie des Ombres, vous avez enfreint le pacte que nous avions signé. Vous protégez militairement cette personne des attaques extérieures, et l'aider de manière déloyale à conserver des ressources pour financer l'action ombreuse contre nous. Sous votre blason, notre Doux n'a pas récolté chez ce seigneur ce qui lui revenait de droit, les guildes bénéficiant d'impôts moindres que les royaumes ne portant aucun blason.

Je crains, ajouté à cela, que nous vous avons avertis bien avant les 48 heures réglementaires de notre volonté de mettre fin à ce pacte non-respecté par votre parti. Vous avez fermé les yeux, et avez profondément déçu notre Cité en dégradant notre représentant en présence.

En conséquence de tout cela, nulle excuse ne vous sera faites pour les dommages causés au seigneur Elmeron, et nous annonçons officiellement que l'Avallon Lumbë continuera ses actions hostiles tant que des Ombres porterons le blason de l'Ordre des Lurons Bourrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edailnes
Grand orateur
avatar

Nombre de messages : 1143
Participation RP : 24
Inscription : 12/04/2008
Age : 27

MessageSujet: Re: Rupture de pacte   Lun 16 Fév - 20:02

Il était plaisant de voir les orateurs se succéder. Allié, ennemis ou encore simples observateurs courroucé par les propos obscurs. Et si je n'avais porté qu'une attention limitée à l'ardent, je n'avais pus que boire les paroles de l'ombre avec qui j'avais entamé une joute verbale par missive interposée quelques mois plus tôt et de la jeune demoiselle représentante des avallons. Un plaisir qui m'était resté inconnus jusqu'alors. Et que je désirais découvrir plus profondément.
Dans un mouvement souple, je décroisai les jambes et décrispai mes doigts. Il s'agissait de ma première réelle oration. Une réponse à une interlocutrice de talent. A une guilde qui me ferait peut être oublier la dame de mes cauchemars. Sur mon visage, je sentis à nouveau les prémices de ce rictus qui m'avait traversé plus tôt... Mes doigt glissaient le long de mon front. Frôlant mes paupières fermées et accrochant délicatement mes lèvres.

J'étais prêt à répondre. Et c'est d'un pas assuré que je me rendis au centre de la salle afin de répondre a la demoiselle. La flamme qui me rongeait les entrailles n'était plus faites de mépris et de haine mais bien d'exitation et d'espoir.
Lentement, je tendis ma mains devant moi, comme portant le poids de mes réponses. Et fixant mes doigt légèrement replié, je commençai à parler:

Manifestement, nous n'avons pas la même compréhension des mots passé et présent. Néanmoins, je commencerai par vous dire que je suis sincèrement heureux de me retrouver en face de vous... Mais passons, les politesses ne servent à rien en ce lieu. Et ces actes que vous pensez si légitimes ne sont que charogne et haine envers une guilde qui manifestement ne s'intéresse a vous que pour faire taire vos mensonges.

Car si vous magnez avec brio cette langue que je chéris, vous semblez ne faire attention qu'a ce qui corrobore vos dire, sans même tenter de l'analyser et de le recouper avec d'autres informations.
Et je parle ici de votre sois disant guerre avec des ombres qui ne le savent pas. Et je pense que nul auditeur de cette cour ne le savais non plus avant que vous en fassiez mention.


Annonçant cette vérité, je tournai mon regards vers les différentes allées emplies de spectateurs. Et Je n'avais pas le coeur ni l'énergie de me taire plus longtemps.

Car ces archives que vous tenez en mains, ne parlent assurément pas d'un conflit quelconque avec les ombres. Et je me permet de citer le seigneur Sayole qui était intervenu alors:

Pensez-vous vraiment qu’étant déjà en conflit contre 2 guildes officielles et les divers charognards auxquels ils font appel nous étions désireux de nous confronter à une 3e guilde officieuse ?

Et je vous propose de faire le compte des conflit dont ce débat parla.
La première de ces guerres était déclarée aux membres de la cité d'Ahkys. Une guerre que vous avez déclenchez pour cause de non respect des clause de défaites par vos adversaires... Je pense que vous pourrez confirmer mes dires auprès de l'historien qui a rédiger pour vous votre document.
La seconde est une guerre contre les vagabonds écarlates. Et cette fois je ne m'amuserai pas à en donner les raisons, aussi passionnantes soient elles.
Enfin... Vos troisièmes adversaires étaient ceux qui aujourd'hui peuples la confrérie des enfers. Et je cites votre maitres:

En effet, nous nous battons aussi face quelques charognards, puisque les Vagabonds ne se sentent pas assez fort et qu'ils font appel à certains indépendants, à qui je laisserais le soin de se présentez, et contre les Pingouins, qui ont signé un grand retour avec celui de Seifer et une belle alliance en léchant les pieds de ces même Vagabonds.


Nous avons donc trois conflits, et aucun n'ayant rapports à la confrérie des ombres. Et a vrais dire, tout ce débat n'a rien a voir avec la guilde sus citée. Car la seule référence qu'on peut y trouver est une attaque de vos troupes sur l'ombre Ethalicia. UNE ombre. Une dame maitresse de sa destinée et de ses choix ainsi que de ses actes. Et comme l'a dit avant vous le seigneur, membre de la confrérie, Mandouli:

Chaque Ombre est libre d’agir comme il l’entend, nous ne surveillons pas nos membres et chacun peut rejoindre la guilde qui le souhaite pour n’importe quelle raison que ça soit.


Je me tus un instant, le point de l'officialité de leur guerre me semblant réglé, avant de reprendre avec un ton légèrement ironique:

Votre guilde, et pour une fois je ne citerai personne, se dit farouche opposante aux adorateurs du dieu Bhoul'Aih. Pis, elle se prétend garante des valeurs anciennes et désireuse d'organiser conquête et débat afin d'empêcher la décadence de régner.
Comment pouvez vous seulement brandir le messager sans nom comme preuve ? Comment osez vous parler de ces mots prononcé à mi voix dans ce temple putrescent créé à la gloire du démon éternel, Ach herpée. Comment Pouvez vous encore avoir le courage de vivre dans une guilde dont les buts ne sont plus que la peinture usée qui vous tien ensemble et a convaincu le conseil de vous officialiser ?

Il m'est dur de le comprendre. Mais cela ne serait rien si vous aviez l'honneur de ne prononcer que la vérité. Car si missive il y a eu. Ne prétendez pas qu'elle fut envoyée avant votre raid. Et ne vous salissez pas en ométtant de dire que votre missive ne fut envoyée qu'après votre raid sur le sieur Elmeron. Raid qui n'est en rien du au caprices du hasards...
Entre buts caché, guerres invisibles et hasard bienheureux. Il est si simple de se défendre.

Mais cela n'est que détails au fond. Car plus que cela, vos arguments ne sont que château de carte ne supportant la moindre analyse...
Car quel que soit vos dires, nous avons respecté le PNA, les ombres n'étant pas vos ennemis officiels et nous même n'étant pas tenus d'inspecter le passif de chaque membres...

Ce postulat associé aux paroles de l'ombre Mandouli se suffisent à elles seules. Car si les ombres ne sont point en conflit ouvert, et que vous ne pouvez apporter la preuve du contraire, que les ombres sont chacune des entités indépendantes et que de ce fait, les agressions des unes ne peuvent mettre en causes les autres. Alors votre agression est simplement injustifiée, et injustifiable.

Je me répète, mais vos raisons ne sont que guerre inexistante contre une guilde dont vous ne comprenez le fonctionnement, menaces fallacieuses que nous n'aurions su accepter - même faites de manières correcte et recevable - et mensonge éhonté...

Je vous le demande, que pouvons nous faire contre la peur d'un fantasme ?


Je reculai d'un pas et me rassis. J'étais déçus... De moi. Mais qu'importe, j'avais encore le temps d'apprendre à gérer mes sentiments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordrelurons.lolforum.net/
Aëraël
Légende
avatar

Nombre de messages : 1811
Participation RP : 16
Inscription : 12/04/2008
Age : 30

MessageSujet: Re: Rupture de pacte   Mar 17 Fév - 1:43

La Cour du Doux et ses multiples débats stériles... Pourquoi donc m'y étais-je rendu?
Pour me changer les idées, assez sombres en ce moment, avec le déluge de souvenirs qui remontaient à la surface glauque de la part d'esprit entre le Sombre et moi?
Non...
Pour tenter d'inculquer une quelconque pensée à des crétins sans cervelle?
Non...
Pour satisfaire ma curiosité, qui avait soif de souffrance Mortelle ?
Non...
Pour me divertir en cette soirée?
Oui...
Je me dirigeais donc vers un point précis de ce fouillis inextricable de sentiments éclatants au grand jour, mêlant Colère, Haine, Amour et Peur en un grand mélange plaisant à sentir. Je me pressais donc, seul être apparemment serein dans toute cette folie, vers la salle où se déroulait pour une fois un grand débat, comme il en existait dans l'ancien temps, bien avant la Vague Noire. J'en brulais d'envie de me frotter à des orateurs sachant tenir un discours cohérent, et c'est une entrée que je qualifierais de fracassante que je fis, tant mon empressement était grand.

J'entrais, juste au commencement du discours de demoiselle Morticia Ventorwys, adolescente d'une quinzaine d'année, mais dont les traits frêles étaient vite gommés part une verve fracassante et une aura qui avait un je-ne-sais-quoi de dérangeant... Bref, un régal pour les oreilles et les yeux. Je m'enquis alors des divers et précédent discours... S'en suivit une interlocution du Sieur Edailness, et ce fut là que je me remémorais l'un des désavantages de certains grands orateurs... Leur discours, d'une longueur à faire paraître minuscule la durée d'un rot de Nain à la fin d'une soirée bien arrosée en houblon...

Les Lurons bourrés!

Je sortis de mon sommeil avec un sursaut. Edailness venait de terminer, plongeant plusieurs membres de l'auditoire dans une profonde léthargie... Ouvrant les yeux en baillant discrètement, je vis l'expert en "dodologie" se rassoir et faire une mine étrange, sans doute était-il touché par sa propre magie et avait besoin de récupérer pour ne pas s'effondrer de sommeil. Clignant des yeux pour faire disparaître les larmes qui s'y accrochaient, je faisais signe à un petit page de venir à mes cotés, et de me narrer les dires de mon assommant interlocuteur. Baissant la tête, le jeune serviteur balbutia quelques excuses confuses, et à la vue de la marque "Sall... des... scours" sur sa joue, je compris qu'il venait lui aussi de piquer un roupillon contre la plaque à l'entrée de la pièce.

Je maugréais en renvoyant le jeune homme vaquer à ses occupations, et extirpais alors un petit appareil étrange des replis de ma toge. Chance, j'avais pris un Orbe d'enregistrement, et si l'on ne voyait rien, on entendait distinctement le soporifique discours. Encore heureux que la magie des paroles n'avait eu aucun impact sur ma fragile sphère de verre. Je me renfilais la totalité des paroles, me collant des claques pour ne pas m'endormir une seconde fois. Puis je me relevais, je m'étirais, baillait une nouvelle fois, avant de m'avancer de façon remarquable, trainant des pieds, et me massant le dos :


"Monseigneur le soporifique Luron, Hastratrice plus folle que moi Eolia, Baron de Khalys, Demoiselle Ventorwys, Sayole, populace, gens de tous horizons, et bande de cons notoires, mes plus amples salutations... Permettez moi de me présentez, même si mon nom ne doit pas être inconnu pour tout le monde : Aëraël, Lord-Empereur de Narelendûr, descendant des Ashkiallonniens, troisième Eveillé, frère Obscur, Fils spirituel du Nébuleux, dit le Fou, et j'en passe des vertes et des pas mûres... Bien, inutile que je m'éternise sur le pourquoi de ma présence, je vais donc aller directement au but : Monseigneur Edailness, vous me parler de Mandouli ceci, Mandouli cela, si vous désirez le mariage, ce n'est pas là qu'il vous faut vous trouver... La Capitale regorge de chapelles vouées à tout autant de cultes, vous y trouverez votre bonheur... Mais passons, vos penchants ne nous intéressent point, et ne feront pas lieu de débat ici. Je trouve que votre si grande idole Ombresque, pour quelqu'un de totalement étranger à votre troupe de joyeux drilles, s'investi fortement dans la défense de vos arguments. Etrange chose s'il en est, presque aussi étrange pour moi que le pacte qui uni ma guilde avec les Enfers pour ce même triste sire... Et si le dit pacte le fait vomir de dégout, qu'il se dise bien qu'il en est la cause avec ses effervescents compagnons... S'il se fait vomir lui-même, qu'il aille consulter un prêtre ou un guérisseur, bien que je n'aie plus grand espoir pour son amour propre..."

Souriant devant une audience atterrée, je fis craquer mes doigts un à un, avant de reprendre :

"Ensuite, puisqu'il est question d'alliance malsaine, de non-respect de nos buts, et tout ce qui s'en suit, je tiens à rappeler une simple chose... Où avez-vous donc vu la liste de nos buts? Dans notre charte? Certes, dois-je vous rappeler que les buts des Obscurs ne sont connus que des Quatre Premiers Eveillés, j'ai nommé le Nébuleux, Thanator le Pourpremire, Gwen d'Anklia et votre serviteur, Aëraël le Fou? Les textes traitant de notre Ordre ne sont que des suppositions, et sont truffés d'erreurs, au risque de me répéter... Alors vos allusions comme quoi, les Avallons ne respectent rien, même pas leurs buts, allez donc les ranger dans le fondement de votre ami Ombre, cela vous offrira de belles soirées, vraiment très joyeuses et très gaies... Vous allez me ressortir que c'est simple de se défendre avec des buts cachés... Que voulez vous, comme je l'ai dis auparavant dans un autre endroit, "C'est l'jeu ma pôv Lucette, t'as cas en faire autant"..."

Je réprimais encore un bâillement, les séquelles du discours allaient se faire ressentir encore longtemps. Reprenant ma respiration, je recommençais avec un petit sourire :

"Et puis, si vous voulez nous faire tant de reproches que ça, j'en ai un à vous faire aussi, il n'y a pas de raison que ça soit toujours les mêmes qui prennent. Vous dites ne pas connaître le conflit qui oppose l'Avallon'Lümbe et les Ombres... Je suis déçu. Pour quelqu'un à la réputation d'être un seigneur de renom, du moins, je le pense, ne pas connaître la guerre qui déchire nos deux factions, c'est tout simplement aberrant. Alors, même si on met de coté votre autisme profond, et que vous vous cachez derrière votre ignorance, tiens, c'est simple de se défendre derrière ça, je n'ai qu'une chose à dire : L'ignorance n'est pas une excuse..."

Toussotant, je repris :

"Bien maintenant que le chapitre des Ombres est éclairci, contactez moi si vous désirez de plus amples informations, je m'en vais m'attaquer à celui de la déclaration de guerre... Vous me dites qu'elle n'a pas eu lieu? Désolé pour vous, mais si vous ne prêtez pas attention aux dires passé sur le messager sans nom, vous allez passer à coter de nombreuses informations. Pour nous, c'est un moyen comme un autre, ne vous en déplaise. Vous me dites "vos raisons ne sont que guerre inexistante contre une guilde dont vous ne comprenez le fonctionnement"... Sachez que je peux vous retourner exactement la même phrase au sujet de la façon dont marche L'Avallon..."

Je regardais avec un sourire narquois le Luron qui me semblait s'être décomposé sur sa chaise, tant l'expression de son visage était étrange... Je saluais l'auditoire, pour retourner hors de l'estrade, et attendre un autre et long réquisitoire stérile... Un peu comme le mien en somme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edailnes
Grand orateur
avatar

Nombre de messages : 1143
Participation RP : 24
Inscription : 12/04/2008
Age : 27

MessageSujet: Re: Rupture de pacte   Jeu 19 Fév - 16:10

Etrange comme les être acculé en revenaient sans cesse aux mêmes schémas de mensonge et de duperie. D'interprétation et d'occultation. Pantomime éternel de la domination des un sur les autres par la force des faits... Folie. Il le disait, et tous le sentaient. De ces regards étrangement brillant de la certitude d'avoir décomposé son adversaire que je devinais sur son visage. De cette assurance factice révélé par le masque de far et de poudre qu'il appliquait sur chacun de ses mots. Tous ne pouvaient voir que la douce folie qui arpentait les couloirs de son esprit.
Je l'observai, impassible tout le long de son discours. Je me souvenais de lui. Lui qui était intervenu lors de ma première prise de parole pour me dire de me taire. Comme si la prise de parole était un signe de lâcheté pour un seigneur ne faisant pas partie d'une guilde... Je secouai la tête en me remémorant cette période de ma courte existence.

Dans la salle, les spectateurs s'impatientaient. Et du haut des gradins, mes gnomes observaient, calme. Je n'avais plus le droit de me laisser aller au plaisir. Je n'avais plus le droit de me laisser gagner par l'oubli... Je n'avais plus le droit de me décevoir comme je l'avais fait. Décousant mon discours en une suite d'argument sans ordre ni beauté. Perdant la maitrise de mon art et de ma voix.
Sans bruit, je me relevai lentement. Assurant mon corps autant que mes idées éparpillées dans cet univers chaotique que l'on nommait l'âme. Autour de moi, le silence se fit, et seuls les choc étouffé de mes talon sur le sol de pierre semblait encore oser s'exprimer.

Et sans laisser le temps au flammes de consumer a nouveau mon corps, je me lançai dans le flots des arguments:

Sieur Aërael, n'étant pas ombre, je ne répondrai pas pour elle. Et n'étant pas le sieur Mandouli, je ne parlerai pas pour lui. Néanmoins, je m'attarderai quelques seconde sur votre ressentit quant à mes dires... Et plus précisément : ce que je suppose être de l'exaspération à ce que je cite le seigneur précédemment nommé.

Des citations... Où plutôt, une citation et son rappel. Reprises de paroles prononcée et oubliée par l'intervention de votre alliée. Des paroles primordiale puisque vous expliquant qu'en aucune façon l'ombre présente chez nous n'est la dans un but économique, informel où que sais je encore. Et le fait est que sans cet argument, le seul que vous invoquez pour nous attaquer, vos agissements sont en contradiction avec notre pacte de non agression...

Dans ce contexe. Il m'est facile de comprendre pourquoi vous préférez passer sa prise de parole sous silence.


Je me tus un instant, tentant peu à peu de capturer les idées qui me traversaient l'esprit par intermitence. Comme tentant d'attraper les étoiles dans le ciel nocturne... je regardai la salle d'un coup d'oeil circulaire. Les lurons déjà intervenus étaient encore la. M'observant.

Un silence qui semble être la voie de votre guilde... Du moins, si l'on peut encore appeler guilde un rassemblement de seigneur ignorant la cause pour laquelle ils sont recruté. Un groupement de charognards qui ignorent tout des desseins de leur guilde et agissent au nom d'un guide inconnu.

Il m'est ardu de comprendre comment le conseil à put autoriser une guilde dont les buts sont aussi changeant et variable que les courants des fonds marins. Des directions invisibles qui ne semblent changer qu'au gré de la volonté de quelques uns.

Néanmoins, je modifierai tout de même mon affirmation. Car voyez vous, même en admettant que vos membres ne connaissent rien de leur guilde, que vos buts présentés ne sont qu'ombre de brume et que vos actes ne sont donc en rien tenus de les suivre. Il n'est pas possible de comprendre votre alliance avec la guilde décadente des enfers. Elle qui refuse de se rendre à la cour. Elle qui refuse le combat. Et elle qui semble ne pas avoir le moindre respect pour vous.

Alors, et à moins que vos buts cachés contiennent une clause de reniement de dame herpée et de soumission à une quelconque guilde, sans parler de la nature même de la confrérie. Il m'est donc totalement logique de dire que vous ne respectez pas votre charte... Aussi cachée soit elle


Cela devenait une habitude. Parler, m'arrêter, respirer, centrer mon esprit. Recommencer. Rituel parfaitement défini que je commençais seulement à saisir. Mais je n'avais pas le temps de penser plus avant cette fois ci. Il me fallait poursuivre:

Ce point éclairé, du moins, autant que je le puisse. Poursuivons sur cet argument qui vous tient tant à coeur. Ce conflit imaginaire qui est la source de vos actes de barbaries contre nous. Perfidies éhontée que vous prenez tant de plaisir à afficher.

Car après avoir affirmé l'existence officielle de cette guerre et vainement tenté de prouver que la cour avait trace de celle-ci. Vous semblez avoir désormais pris le partit de l'ignorance coupable.
Ignorance d'une guerre invisible. De cela je plaide coupable. Néanmoins, tous comme vos buts caché sont ignoré par nous et ce en toute connaissance de votre part, il me semble logique que nous ne connaissions l'existence d'un conflit dont ni le doux, ni sa cour n'ont eu à leur connaissance.

Quand au messager sans nom, il me semble m'être déjà étendu dessus. Et même si je ne puis savoir si vos buts réels tendent à dévaloriser la déesse au détriment du démon. Je me permet d'émettre un doute sur ma supposition. Et de ce fait, vous comprendrez que nul autre moyen que seuls les ambassades, la cour et les messagers privés sont reçus comme officiel par notre guilde.


Je me reculai à pas lent vers mon siège quand la première phrase du fou me revint. M'arrêtant, je lançai :

J'ose espérer que mon discours fut moins soporifique cette fois ci, et que vous utiliserez mon nom plutôt que ce stupide sobriquet.

Et sans me retourner pour le regarder, je gagnai ma place.



hrp: je rappelle que quand j'interdis d'utiliser mon personnage, cela signifie aussi que je refuse qu'on écrivent des phrase comme :" le Luron qui me semblait s'être décomposé sur sa chaise, tant l'expression de son visage était étrange... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordrelurons.lolforum.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rupture de pacte   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rupture de pacte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Pacte VS l'Ordre - partenariat
» Cédric de portau ► un pacte avec Belzébuth ?
» [UPTOBOX] Le Pacte [DVDRiP]
» Le pacte des anges [PV]
» Lettre de rupture [PV Kelsey Lorgan - Samaël Smith]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aguératon - Les Royaumes Oubliés :: Jeu [RP] :: La Capitale - Alérandir Daäh :: La Cour du Doux-
Sauter vers: