AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L’étrange histoire d’Anastase.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Prince Anastase
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 25
Participation RP : 0
Inscription : 22/12/2008
Age : 29

MessageSujet: L’étrange histoire d’Anastase.   Lun 22 Déc - 22:28

Et voilà, il venait de quitter la sylve immense pour retrouver les belles et claires prairies, il était de retour. Terminé, après un an, il était de nouveau sur les terres de la principauté d’Elesmerr, un pays souverain de petite taille sans le moindre intérêt stratégique. Et l’homme s’en fut sur les sentiers connus et appréciés, il alla d’un pas tranquille croisant les sources nombreuses de cette terre fertile. Des chants émanés de maints oiseaux se laissaient entendre, quel contraste, il avait marché dans de lointaines contrés faites de déserts, de désolations étendues, de montagnes nues et de monts implacables, et voilà qu’aujourd’hui de nouveau, il était chez lui, pays accueillant. Il arriva à une longue route, le long des emblavures, celle-ci serpentait et menait à la ville. Car bientôt il serait à Sapienta, capitale d’Elesmerr et seule véritable cité sur ce petit territoire aussi occupé par des villages épars.

Il rattrapa la route principale, celle-ci était pavée, elle menait à la porte de la cité qu’il voyait enfin, encore une bonne heure et il y serait. Il ne la quittait pas des yeux, les immenses murs protégeant la cité étaient fait de pierres blanches et d’orichalque, un métal aux étranges propriétés, les mages pouvaient aisément renforcer sa résistance à l’aide de leur seule magie, l’orichalque était très réceptif aux forces étranges des sorciers et autres enchanteurs. Il contemplait de loin des maisons et les jardins parfois suspendus, il admirait une fois encore le palais majestueux qui s’élevait bien au-dessus des cercles de Sapienta, château admirablement ouvragé aux tours s’élevant à l’assaut du ciel, les rayons de l’astre solaire se réfléchissaient sur ses tourelles et ses flèches avec un éclat féerique.

La cité, elle, était en forme de cercle, plusieurs cercles. Au centre, se tenait la colline au se trouvait le palais, autour d’elle, un cercle d’eau en premier lieu, puis, un cercle on l’on y trouvait les centres administratifs, les universités et bibliothèque. Venait alors un cercle de verdure, un parc gigantesque ou demeuraient maintes espèces sauvages au milieu des promeneurs qui aimaient venir se reposer en cet endroit. Par la suite, on trouvait trois cercles d’habitation, puis celui des marchés et entrepôts en tout genre, le tout, entrecoupé d’arbres s’élevant majestueusement au dessus des bâtiments divers et variés. De nombreuses sources souterraines venaient alimenter les fontaines de la cité aux larges avenues, tout était clair et propre, non tassé, large, on avait la place.

Elle était née d’un rêve d’un pauvre fou qui reposait en sa terre, un homme qui jadis oeuvra pour la beauté, la sagesse, la connaissance, fondateur d’une dynastie princière méconnue du reste du monde encore et qui dans le fond, ne cherchait pas à l’être. Ici, on inspirait ni à la gloire ni à la puissance, mais à la paix et la connaissance. Il avait repris sa route quand une voix soudaine le fit tressaillir, il eut un faible sourire à la vue d’une jeune femme se dirigeant vers sa personne. Elle avançait avec grâce portant librement ses cheveux de ténèbre puis vint enlacer le jeune homme.

-Mon cher frère, quel bonheur, quel soulagement.

-Ma sœur, ma joie n’aura sans doute jamais d’égal que cet instant.


Ils rirent tous deux et partirent vers Sapienta. Ils parlèrent de tout, de rien, le jeune homme évitant à merveille les questions de sa sœur à propos de ses pérégrinations. Il ne faisait que dire :

-Le temps viendra pour les réponses, ne le pressons pas.

Bientôt une intense activité les entoura. Certes les marchands venaient pour leurs affaires, mais le peuple de la cité venait au devant de son prince qui était resté absent depuis une année, un temps bien long. Mais le frère et la sœur ne se souciaient guère de l’entourage des êtres, palabrant joyeusement ils étaient maintenant entrés dans la cité aux routes pavées.

-Et comment va père ? Demanda un instant le jeune prince d’Elesmerr.

-Mieux qu’un temps, mais moins bien qu’un autre. Le temps approche …

Elle ne termina pas sa phrase mais le garçon avait compris le sens, le léger mieux avant la fin, à moins que les mages guérisseurs aient réussis une improbable guérison. Le mal qui dévorait le souverain était de nature inconnue en ce monde, un mal magique disait-on.

*


Anastase était donc revenu. Après avoir été se baigner dans les bains du palais il alla retrouver les siens à la bibliothèque de l’université. Là bas attendaient Sophia sa sœur, Armond son père et souverain en titre d’Elesmerr, quelques conseillers de confiance.

Dômes s’élevant avec grâce au dessus de la ville. En tout, six dômes, tous reliés autour d’un septième central, bien plus important que les autres. Tous entourés par une allée couverte délimitée par des colonnes de pierres, les dômes enferme un trésor sans égal sur ce monde, une grande partie du savoir des peuples. En de vastes salles éclairées on trouve les archives de l’Elesmerr. Les archives, joyaux des bibliothèques, elles étaient une mine incomparable de savoir, le gardien de la sagesse de cette cité et de son territoire. Bien évidemment le plus gros de l’espace était consacré au rangements des manuscrits et parchemins qui, semblaient ici résister au passage du temps. Même si elles étaient spacieuses, les salles voûtées semblaient étroites par rapport à leur longueur colossale. L’atmosphère y était paisible, semblable à celle d’un lieu de culte, le tout, accentué par une lumière naturelle filtrée par d’immenses vitraux et, réfléchie sur le dallage en pierre polie. De tous côtés se trouvaient des séries de niches profondes, contenant de multiples rayonnages composés en longues rangées de manuscrits mis à la dispositions des chercheurs, érudits, ou simples curieux désireux d’apprendre. De tous côtés, on pouvait aussi y voir les bustes des plus grands sages de cette terre, des sages de toutes races.

Les retrouvailles furent joyeuses entre le père et le fils qui ensuite salua les conseillers selon l’usage en cour dans cette principauté. Puis, on l’invita à débuter son récit, prenant place, le jeune prince s’exécuta :

-Tout commença quand …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Anastase
Apprenti
avatar

Nombre de messages : 25
Participation RP : 0
Inscription : 22/12/2008
Age : 29

MessageSujet: Re: L’étrange histoire d’Anastase.   Mar 23 Déc - 13:09

L’étrange histoire d’Anastase, chapitre un : à l’origine d’un voyage, un songe et un prêtre.

Le jeune prince assit, allait commencer le récit de ses tribulations vécues lors de ses pérégrinations. Il était tout à fait reposé maintenant. Il portait quelques vêtements assez simples dans leur conception ne disposant d’aucun signe de richesse. Il avait repousser ses cheveux châtains sur sa nuque et ses yeux gris se posèrent sur l’assemblée présente qui assise tout autour de lui attendait le début du récit.

-Tout commença quand …

Récit d’Anastase.

La fête solaire approchait et l’activité en ville ne faisait que croître. Une nuit, un jeune homme dormait d’un sommeil sans rêve dans un premier temps qui bientôt devint agité. D’étranges visions se succédaient les unes aux autres et une voix grave se fit entendre, puis, plus rien. Le jeune homme se réveilla. Troublé par un rêve déconcertant, ne pouvant plus retrouver le sommeil perdu il s’habilla et alla se promener sans but véritable. Il sortit du palais pour se rendre aux jardins suspendus et là il y resta à contempler ce ciel d’encre entaché d’étoiles nombreuses. Quand l’aube approcha, il regagna la chambre qui était sienne, la journée il ne dit mot à personne du songe fait durant la nuit. Ce jour nouveau il le passa au sein de la bibliothèque, délaissant le maniement des armes pour l’étude de vieux parchemins et surtout, la lecture d’un ouvrage rare, cortex aux pages reliés avec couverture en cuir animal. Dans sa quête du savoir il fut troublé par le précepteur chargé de lui apprendre l’art du combat. Le jeune prince écouta à peine et avec navrement les arguments du seigneur Armand qui après une heure, las, s’en alla découragé devant l’attitude du jeune homme qui aimait plus les récits que l’épée. Quel dommage, même si le prince n’était pas un guerrier d’une excellence folle, il avait une maîtrise à l’arc et un certain potentiel à l’épée. Mais celui-ci n’était pas attiré par la guerre.

Le jour déclina peu à peu et Anastase, prince héritier de la principauté d’Elesmerr regagna les siens pour le repas de fin de journée. Il mangea avec célérité et regagna sa chambre. La solitude était une bénédiction pour lui qui n’aimait guère être le centre d’intérêt des grandes foules, il était né prince, mais il n’appréciait guère cette naissance. La tête fatiguée par les études de la journée il s’endormit sans peine.

Il y eut une nouvelle vision, il pensait encore rêver, il faisait un étrange voyage, le grand voyage vers l’amont des temps, cette vision déconcertante exaltait ardemment son âme et tout son être, malgré son sommeil. Il vit un cosmos, reposant sur des eaux infinies, la création d’un monde. Il vécut en cette nuit étrange toute l’histoire des origines, puis d’un pays, d’un peuple et d’un homme qui ardemment défendit jusqu’au trépas une ville en feu.

Puis vint le temps du réveil, toute la journée il pensa sans cesse à ce rêve étrange, il avait cette étrange impression, comme si … tout avait été un temps réel. Une folle idée lui vint alors à l’esprit, il chercha dans les archives pour ne rien trouver. Il devint encore plus solitaire que d’habitude, oubliant même le repas de milieu de journée, quelques uns commencèrent à s’en inquiéter mais nul n’osait l’approcher à part sa sœur. Il lui conta alors la raison de son trouble, la jeune femme intriguée à son tour aida son frère en ses recherche en vain, elle lui conseilla alors d’aller trouver le prêtre du culte solaire qui disait-on savait interpréter les songes. Le jeune homme indécis décida d’oublier cette idée, il ne faisait guère confiance à l’irrationnel surtout à la religion. Mais un autre rêve allait le forcer à s’en remettre au domaine du sacré …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L’étrange histoire d’Anastase.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prologue d'une étrange histoire.
» L'étrange histoire de Sky Clarke. [Kris]
» [Histoire Courte 1] Cette étrange sensation
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aguératon - Les Royaumes Oubliés :: Jeu [RP] :: Aguératon - Epopées-
Sauter vers: